Sans langue commune, l’Union européenne restera les États désunis d’Europe

Article publié dans Slate

Depuis l’origine, le défi linguistique fait obstacle au projet d’«États-Unis d’Europe». Pour créer du lien, il faut commencer par se parler.

Pour échanger, les Européens ont l’embarras du choix. Avec vingt-quatre langues officielles, auxquelles il faut ajouter une quarantaine de langues régionales ou minoritaires, l’Europe est résolument babélienne. Si la question linguistique ne figure pas à l’agenda des préoccupations de l’Union, c’est qu’on pense avoir résolu cette difficulté. En apparence, tout du moins. Sans directive ni réglement, et uniquement grâce à l’usage, l’une de ces langues s’est élevée au rang d’idiome véhiculaire.

C’est ainsi que tout·e citoyen·ne outillé·e de l’anglais peut, même en le baragouinant, se faire comprendre dans les vingt-huit États. On ne va pas se mentir, cette lingua franca facilite grandement l’existence des personnes qui circulent, étudient ou travaillent à travers le continent. Jamais sûrement les Européens n’ont aussi bien maîtrisé une langue commune. Pourtant, cela n’empêche pas le pavillon européen d’être plus en berne que jamais. La dynamique est passée du côté des partis eurosceptiques.

Il y a les Britanniques qui tentent de larguer les amarres, et même des pays traditionnellement très pro-européens sont traversés depuis les années 2000 par un doute croissant. Aux Pays-Bas prospèrent des partisqui tirent à boulets rouges sur l’Europe. Cet euroscepticisme s’abreuve à de multiples sources. Mais si la désunion revêt une dimension structurelle, c’est peut-être que les Européens connaissent un problème de compréhension. Un problème que le partage de mots anglais ne résout pas.

Jusqu’à récemment, les Européens, notamment les élites, privilégiaient le français. Cela se reflétait dans les institutions communautaires. Lobbyistes, journalistes, fonctionnaires: tout le microcosme bruxellois tournait en français. Les points presse de la Commission, par exemple, se déroulaient dans la langue de Monnet. Mais au cours des années 1990 et à une vitesse fulgurante, les institutions ont basculé dans le tout-anglais. Cette évolution résulte de l’intégration des pays scandinaves, puis de ceux de l’Est. Mais elle découle aussi d’une irrésistible lame de fond qui traversait alors tout le continent.

La montée en puissance de l’anglais dans les salles de classe a abouti à en faire la seule langue étudiée par la quasi-totalité des élèves européens (97% des collégiens en 2015). Depuis la Seconde Guerre mondiale, l’anglais s’est imposé comme la langue étrangère la plus apprise au détriment du français, de l’allemand, de l’italien ou du russe. Avant 1914, les écoliers français étaient davantage germanistes qu’anglicistes. Ironie de l’histoire, l’allemand était beaucoup plus prisé quand c’était la langue de l’ennemi, alors qu’elle est aujourd’hui celle de notre premier partenaire.

L’anglais, le trait d’union américain

Avec l’anglais comme bagage, les Européens peuvent donc se comprendre. Et Brexit ou pas Brexit, qu’il soit soft ou hard, n’y changera rien. L’anglais gardera son audience sur le Vieux Continent parce qu’il s’agit de la langue internationale: celle des États-Unis, puissance de référence dans la culture, la recherche et l’économie numérique. C’est la langue aussi bien de Netflix, de Beyoncé, de Harvard que de la Silicon Valley –et la seule à être comprise dans tous les aéroports.

Les citoyens d’Europe ont intégré l’idée qu’apprendre l’anglais était le meilleur des passeports pour le monde et se sont connectés intimement à l’univers anglophone –quitte à négliger la culture de leur continent. On se régale désormais des séries américaines en VO, là où on se délectait autrefois de cinéma italien. Le futur concours de l’Eurovision devrait l’illustrer une nouvelle fois: la grande majorité des chansons sera en anglais plutôt que dans les langues nationales. D’où ce paradoxe: les États d’Europe sont juridiquement très imbriqués mais les Européens sont reliés par des références culturelles communes américaines… Ou bien historiques.

L’Europe a en effet existé bien avant la Commission ou le Parlement européen. Née au Moyen Âge, elle a même précédé les nations. Le journaliste Laurent Joffrin constate que «l’Europe formait un ensemble socialement et culturellement homogène». Régis Debray écrit dans Civilisation: «Qu’a-t-elle d’européen notre Europe alignée, recouverte d’un manteau bleu de supermarkets, le successeur du manteau blanc d’églises? […]Il y avait plus d’Europe à l’âge des monastères, quand l’Irlandais Colomban venait semer des abbayes aux quatre coins de l’Europe. Plus, à la bataille de Lépante, quand Savoyards, Génois, Romains, Vénitiens et Espagnols se ruèrent au combat contre la flotte du Grand Turc, sous la houlette de Don Juan d’Autriche.»

Au XXIe siècle, il y a certes Erasmus, un bain européen dans lequel baigne une minorité d’étudiant·es. Mais on peine à identifier des références actuelles et spécifiquement européennes. Le réalisateur Jean-Jacques Annaud pointe, par exemple, l’absence de stars de cinéma que le continent s’approprierait. Y a-t-il péril en la demeure européenne? Ceux qui comptaient sur l’Europe pour peser face à la Chine ou les États-Unis peuvent s’en inquiéter.

À une échelle plus petite, l’exemple belge est un laboratoire riche d’enseignements. Depuis un siècle, le pays se détricote sur la question linguistique. En conseil des ministres, chacun·e use de sa langue. Mais à l’instar de l’équipe de football nationale, les communautés francophone et néerlandophone privilégient de plus en plus l’anglais, une langue neutre, pour communiquer. Pratique pour se comprendre sans susciter de frustration. Mais le recours à une langue étrangère rend difficile l’éclosion d’un sentiment d’appartenance. Il en va de même à l’échelle de l’Union européenne.

Existe-t-il une alternative à cet anglais plus international qu’européen? Certains seraient tentés de mettre en avant une langue authentiquement continentale en substitution à l’anglais d’Amérique. Las! Aucune ne serait en mesure de le remplacer dans l’immédiat. Selon Eurostat, le français est étudié par seulement 34% des collégiens et l’allemand par 23%. La langue de Molière bénéficie d’un plus grand attrait au sein des pays anglophones et latins, ainsi qu’en Belgique flamande et aux Pays-Bas, en Grèce et à Chypre. En revanche, l’Europe de l’Est, si francophile jusqu’en 1940, privilégie désormais l’allemand (sauf en Roumanie). Par ailleurs, favoriser l’apprentissage d’une autre langue valoriserait forcément son pays d’origine. De quoi raviver les susceptibilités dans une Europe qui n’en a manifestement pas besoin.

Revitaliser d’anciennes langues

Une autre idée consisterait justement à réintroduire une langue totalement neutre. Dotée d’une grammaire et d’un vocabulaire créés de toutes pièces, celle-ci existe déjà et attend son heure pour déferler sur l’Europe: il s’agit de l’espéranto. Une langue créée en 1887 par le médecin Ludwik Zamenhof, qui tentait d’apporter une réponse au défi du plurilinguisme et aux ravages des nationalismes. Il se décrivait comme «juif, qui est obligé de prier Dieu dans une langue morte depuis longtemps, qui reçoit son éducation et son instruction dans la langue d’un peuple qui le rejette et qui a des compagnons de souffrance sur toute la Terre, avec lesquels il ne peut se comprendre».

Cette langue née dans un cabinet de travail repose sur des règles simples, sans exception. 130 ans après sa création, elle demeure parlée par quelques millions de locuteurs dans le monde, en Europe principalement. Mais on reste loin des ambitions de son créateur qui le concevait comme un dessein universel. Sa neutralité est sa force, mais aussi sa faiblesse. Cette langue, de par son artificialité, pâtit de ne pas être une langue de culture. Dénuée d’une grande littérature ou de références culturelles, elle n’a pas l’attractivité d’une langue riche de plusieurs siècles. Faute de suffisamment de locuteurs, elle demeure peu utile. Un cercle vicieux.

Une autre hypothèse serait un retour au latin. Une idée a priori saugrenue. Mais la langue des Romains a aussi été celle de l’Europe médiévale. Elle a fait office de medium de toutes les élites cultivées et des savants jusqu’au XVIe siècle. Elle a perdu par la suite son statut de langue de la diplomatie et même de l’Église. Aujourd’hui bel et bien morte, elle demeure une prestigieuse langue de culture dans laquelle on puise encore pour concevoir des mots nouveaux. Son enseignement décline cependant, même dans son pays d’origine, l’Italie. Bien loin de son centre historique, c’est en Finlande qu’on retrouve ses promoteurs les plus zélés.

Lors de leur présidence tournante de l’Union européenne en 1999 puis en 2006, les Finlandais ont inséré une version en latin de leur site internet dédié aux actualités. À partir du mois de juillet 2019, ils reprendront les rênes de l’Union. Accorderont-ils de nouveau une place privilégiée au parler de Cicéron? Pour l’heure, cela relèverait avant tout du symbole, voire du folklore… Jusqu’à ce qu’émerge, peut-être un jour, une volonté chez les Européens d’arrimer leur identité autour de cette langue. Cela paraît hautement improbable. À moins de repenser aux Juifs, qui ont revitalisé l’hébreu, mort depuis des siècles, pour en faire la langue officielle et véhiculaire en Israël.

Le levier multilingue

Il demeure une dernière possibilité. L’écrivain polyglotte italien Umberto Eco déclarait que «la langue de l’Europe, c’est la traduction». C’était une ode au multilinguisme. Si l’idée apparaît utopique aux Français, c’est que leur pays est devenu monolingue. Mais il n’en a pas toujours été ainsi. Pendant la Seconde Guerre mondiale, un tiers d’entre eux vivait encore dans le bilinguisme avec une langue régionale. Beaucoup de personnes d’origine étrangère continuent à tisser leur vie avec deux idiomes. Ailleurs dans le monde, en Asie ou en Afrique notamment, de nombreux pays sont des mosaïques linguistiques où les locuteurs baignent dans plusieurs langues. Même en Europe, les Luxembourgeois font cohabiter leur langue nationale, le lëtzebuergesch, avec le français et l’allemand, tout en maîtrisant largement l’anglais.

Concrètement, ce multilinguisme européen serait rendu possible par une politique éducative de choc. L’écrivain Amin Maalouf, né au Liban, un autre pays plurilingue, avait été chargé en 2007-2008 par la Commission européenne de plancher sur le défi soulevé par la multiplicité des langues en Europe. Sa réponse reposait sur la maîtrise de deux langues, en plus de sa langue maternelle. Chaque élève devrait apprendre, très jeune, une première «de cœur», puis une «langue internationale», probablement l’anglais. «Si on arrive à l’imposer, on arrivera assez vite à maintenir la viabilité de toutes les langues tout en pouvant communiquer les uns avec les autres», précise l’écrivain.

C’est ainsi qu’entre un Espagnol et un Italien, l’essentiel des relations serait géré en espagnol ou en italien, deux langues latines proches. Cela paraît plus naturel que de recourir à une langue germanique. Chaque pays disposerait, dans d’autres États, d’ambassadeurs·drices disposé·es à tisser des relations bilatérales avec lui. Amin Maalouf apporte ainsi non seulement des garanties à ceux qui craignent d’être absorbés par l’Union européenne, mais il donne aussi des clés pour favoriser les interactions culturelles entre les peuples. Des préconisations restées lettre morte dans un continent de plus en plus anglophone, mais qui s’apparente aux États désunis d’Europe.