Alep : par vocation pour le français, il reste entre les murs

Il pleut des bombes sur la ville et un chemin de vie s’y fraye encore. Assiégée à nouveau depuis le début du mois de septembre 2016, Alep est l’objet d’intenses bombardements – entrecoupés de trêves fragiles. L’une des cités parmi les plus anciennes au monde, l’ex capitale économique de la Syrie, la métropole qui ambitionnait de devenir le premier centre industriel du Moyen-Orient est ravagée sous un déluge de feu. C’est dans cet enfer que Georges Bachoura est directeur pédagogique du lycée français. Citoyen canadien né à Alep, il se refuse à regagner Montréal où il enseignait auparavant à l’université. Pourquoi cet acharnement à rester sur place ? Même si cela peut paraître pure folie, il souhaite maintenir la flamme francophone dans la ville. Joint par Radio Canada, il déclare qu’il s’agit d’une vocation ancrée en lui. Or, une vocation n’est pas un choix : elle s’impose à vous.  « La francophonie, c’est quelque chose de très beau. La littérature, la danse, la poésie, le théâtre, le cinéma, la cuisine : c’est trop riche, on ne peut pas abandonner tout ça. Œuvrer pour la francophonie, c’est semer la culture humaniste ». Si Georges Bachoura fuit, il sait que personne ne reprendra le flambeau dans les conditions actuelles. « Il faut avoir un idéal dans sa vie. Parfois c’est une religion ou une philosophie. Pour moi, c’est la francophonie », développe-t-il son choix.

L’école française d’Alep comptait 750 élèves avant la guerre. Fermée en 2012, elle a pu rouvrir ses portes en 2014, quand les combats se sont concentrés dans des quartiers rebelles, plus éloignés de l’école. On y compte maintenant une trentaine d’élèves. Une antenne de cet établissement a également été introduite à Tartous, une ville syrienne côtière. Et Georges Bachoura de rêver d’une université francophone en Syrie. Il pleut des bombes sur la ville et les projets pour demain s’échafaudent déjà.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>